- 9 - tentative de médiation

Publié le par troublante-republique.over-blog.com

 

 

"Si vous voulez, madame, être médiatrice de la paix, il ne tient qu'à vous" François-Marie Arouet, dit VOLTAIRE

 

 

«quand une médiatrice d'une médiation avortée, rentre par la suite dans le jeu de l'obscurantisme et du secret. Cela n'aggrave que la situation et sa médiation n'aura été qu'une futilité .»  Michel Crochemore (exemple : le subliminal qu'il faut décoder en 1999.)

 

Tentative de médiation

 

 

Ami lecteur, surtout il faut continuer à ne pas être dérouté, les supercheries perverses (oui, je dis bien perverses) ne sont pas finies …. ça va durer jusqu'à mon "délit de fuite prémédité" . 2 ans de préméditations pour ce "délit de fuite"

 

Résumons la situation déplorable:

 

  • 1 - J'ai commis 2 crimes d'un autre âge (réserve concernant les 50% de nos décomptes qui allaient à la trappe d'années en années + j'ai osé évoquer la présence de caddies de supermarché recélés et          stockés dans les parties communes. (ces 2 crimes sont visibles dans le PV d'AG qui m'était outrageusement refusé d'avoir par un flagrant mensonge du maître GOUROU et pour l'autre dans le PV de médiation rédigé par un médiateur , médiation à laquelle je n'ai que très peu participé ou si peu, j'y reviendrai ci-dessous.

 

  • 2 – les complices de leur GOUROU intouchable ont signé secrètement la 1ère prose du Gourou, c'est à dire le PV de CS du 15 juin 1994. (ça c'est écrit dans la lettre que m'a envoyé Madame Carlier, curieux secret d'ailleurs ...).

 

  • le Gourou requinqué après avoir obtenu la signataire secrète par les autres de sa prose m'accusant de malveillance (oh, ce n'est que la 1ère « amabilité » écrite par lui) ne pouvait que me "montrer ses muscles". Alors, droit dans ses bottes , revigoré, il m'envoie sa lettre d'outrances bourrée de tout et n'importe quoi .. Assurément, ça lui avait donné des vitamines d'obtenir secrètement la signature de ses complices car il en arrivait même à prétexter (par écrit) , droit dans ses bottes en assumer la responsabilité mais avait sous le coude la signature en secret de ses complices. (ça , c'est quoi d'autres que de la perversité de GOUROU quelque peu lâche ?)

 

 

Tentons de faire fonctionner nos neurones :

 

  • 1 - Donc, comme sur le port salut c'est écrit dessus => cette lettre d'outrances intolérables est envoyée en copie aux membres du conseil syndical . Donc et restons sérieux, ils n'ont pu que la lire cette lettre d'outrances puisqu'ils étaient parfaits paraissait-il et n'ont que de bonnes intentions à l'égard d'autrui (dixit le maitre GOUROU, il l'a écrit ). .

  • 2 – Dans cette lettre d'outrances il est écrit, je cite : «Pouvez vous penser que vous n’êtes pas le seul à avoir de bonnes intentions à l’égard d’autrui, et qu’il existe des relations de confiance malgré tout, avec des gens honnêtes ? »  

  • 3 – Donc , cite : « gens honnêtes » (ils faut assurément , le dire vite),; puiqu'ils ont eu copie de cette lettre d'outrances ,  se sont-ils aperçu qu'au sujet de la réception du PV d'AG que leur GOUROU dans sa lettre le GOUROU  me racontait n'importe quoi en prétextant effrontément et honteusement que je n'avais voté contre aucune résolution en AG. Donc, si leurs intentions étaient si bonnes que décrites par le maître GOUROU, au moins sur ce point , n'auraient-ils pas du tirer la sonnette d'alarme . Bof, ils n'avaient que les mêmes "bonnes intentions" que leur maître absolu : 

    1 - m'éliminer car je les déreangeai dans leur magouille secrète (paiement par leur gourou de ce qui devait etre payé par le syndic AFU) 

    2 - Pouvoir continuer à utiliser tranquillement les caddies de supermarché recelés qu'ils stockaient dans les parties communes.. (le plus proche centre commercial est à quelques 400 mètres, mais ils n'y retournaient jamais  au centre commercial ces caddies .... sauf quand ..j'ai écrit chez LECLERC . Le gardien les a remis à LECLERC qui est venu les chercher ... mais là, ils ont été vexés les voyous intouchables et ils les ont ramenés dans la foulée .  )


     Assurément, concernant la lettre d'outrances,  aucun membre du conseil syndical n'a trouvé quoi que ce soit à redire , ni sur ce mensonge effronté , ni sur toutes les autres débilités. Bien sur, leur patron GOUROU écrit qu'ils sont "des gens honnêtes"  donc le patron Gourou doit en connaître un rayon , lui qui truandait,déjà et par ailleurs le fisc et un salarié (mais je l'ignorai et personne ne s'est précipité pour venir me le dire …) sauf que sur internet on en trouve des choses … assurément tout n'est pas à prendre au pied de la lettre sur internet, mais parfois , le « miracle » peut se produite.sur la toile. mais faut-il encore chercher pour trouver .

    MERCI M Christophe Gilbert d'avoir vous aussi crié votre douleur sur internet 

      Oh, vous n'êtes pas au bout de vos surprises: de même et par la suite (j'y reviendrai), ces signataires en secret auront toujours et perpétuellement la même"bonne intention"et il faudrait probablement toujours « leur faire confiance »!! (ben voyons !!)   !!! Exemple :  Ils ne se sont même pas rendu compte que dans une résolution qui n'était pas à l'ordre du jour => j'ai approuvé d'office leur action et celle de leur maître GOUROU. Cela a même étécontesté en lettre recommandée par la suite et dans le délai légal  , par mon pouvoir qui était président de l'assemblée générale en 1995. Mais maître GOUROU intouchable, maître absolu à bord et  pouvant se permettre tout et n'importe quoi, n'a rien voulu savoir !!! Donc, en 1995,  j'ai approuvé d'office puis d'autorité l'action de Maître GOUROU et de ses complices signataires en secret cela dans une résolution qui n'était pas à l'ordre du jour, mais qui convenait à merveille au maître gourou et à ses complices . Assurément : Très fort, ultra fort ce GOUROU intouchable , d'autant plus avec ses leçons déplorables et qu'il magouillait par ailleurs , truandait un salarié et le fisc !!! Assurément et je persiste encore : Vous n'êtes pas encore au bout de vos surprises, mais je vous aii prévenu : il faut vous accrocher et même sérieusement vous tenir pour ne pas vaciller , je continuerai de m'expliquer par la suite. Assurément, il faut avoir la tête sur les épaules pour ne pas craquer et je vous assure, ce n'est pas facile , ça marque son HOMME au fer ROUGE, je vous dis !!!! . Assurément, j'étais sérieusement devenu un copropriétaire moins que rien, maintenant je suis devenu un citoyen moins que rien(eh oui !!). Comme quoi qu'il me faudrait selon toute vraisemblance et tout autant discrètement et secrètement consulter un CMP (Centre Médico-Psychologique) . Ben voyons !!!

Oh, je pourrai encore et encore en expliquer d'autres débilités, celle là, n'en est qu'une parmi les autres . Bref, elles se bousculaient un peu trop ces débilités d'ailleurs que je n'en dormais même plus la nuit (cela a duré plusieurs années, mais j'ai réussi en prendre le dessus, je crois que M Christophe Gilbert est passé ou est encore dans cette étape : ne pas en dormir la nuit) . Et je vous assure, on peut en rire quand on n'est pas concerné, mais ça fait mal, très mal …. que des neurones soient à ce point très étranges et si peu cartésiens (là, aussi, je pèse le terme). Bref, tellement honnêtes ils étaient parait-il qu'en plus de toutes ces débilités  , ils ne sont jamais posé la moindre question sur les caddies de supermarché recelés et s'en fichaient de m'en imposer la complicité pour mes parts de millièmes en les stockant dans les parties commune. Oh, je sais, on croirai rêver !!! Mais non, retombons sur terre, c'est bel et bien ça... le sectarisme => Prendre l'autre, celui qui ne fait pas partie de leur  clan de l'obscurantisme secret (de la magouille) pour le plus idiot de la planète. !!!

 

 

Donc le temps passe ….

 

Courant septembre de la même année (1994), je me balade dans les jardins, les mains dans les poches. Que vois-je à travers une fenêtre ? Une réunion. Dans cette réunion les signataires en secret réunis seuls sans leur GOUROU. Comme le local est commun, je pousse le culot de rentrer, de prendre une chaise et de m'asseoir et surtout de ne pas dire un seul mot . Je n'ai pas dis un seul mot, mais regardé et écouté.

  • Qu'ai-je vu , un papier sur la table sur lequel me yeux se penchaient . Alors, le copropriétaire qui jubilait le 15 juin 1994, s'en est rendu compte et à retourné ce papier. Mystère !!!

  • Qu'ai-je entendu … eh bien j'ai entendu d'autre d'essentiel ? Je les ai entendu causer des facilités de paiement que 2 dames pouvaient demander au syndic (il s'agit des 2 dames signataires en secret) . J'ai trouvé ça curieux que des membres du CS, en réunion de CS causent de facilités de paiement pour eux-mêmes . Puis après je suis allé le redire à Mme CARLIER (voir sa lettre ou elle en cause tout en m'affirmant en VERITE qu'ils avaient signé la 1ère débilité de leur GOUROU, c'est à dire le document que je réclame en copie conforme depuis plus de 16 ans !!!).

 

 

Puis, cette dame Madame Carlier me propose d'organiser une médiation … (courant septembre ) .. Bien évidemment , je donne mon accord …

 

Mais pour cette médiation ils ont trainé, trainé des pieds … en fait ils ont trainé plusieurs mois .

 

Puis cette dame me donne la copie du PV d'AG qu'elle a reçu ou l'on voyait bel et bien que j'avais Voté CONTRE une résolution et le contenu de ma réserve . Bref, ou on voyais effectivement le contraire des certitudes éhontées du maître GOUROU écrites dans sa lettre d'outrances de syndic qui me donnait des leçons de relation de confiance (ben voyons) dans cette même lettre … eh oui, je vous dis, et je persiste : Rien n'arrête un GOUROU !! En tout cas et assurément, un GOUROU, ça marque son homme et ça le marque même très fortement au FER ROUGE...

J'écris alors, au maître absolu GOUROU (celui qui serait honnête à le lire !!) , pour lui dire, que dans le PV de l'AG , j'avais bel et bien voté CONTRE une résolution, puisqu'une copie m'avait été donnée par un copropriétaire. Puis je reçois quoi ? Eh bien février 1995 (nettement hors délais pour aune assemblée du 4 mai 1994, je reçois une lettre recommandée avec ce PV .Aucune excuse n'accompagne cette lettre recommandée …Un GOUROU ça ne s'excuse jamais pardi !!!

 

Puis difficilement Madame Carlier arrive à obtenir une promesse de médiation.

Concernant cette médiation, ils se réunissent mais sans moi. Je n'ai dialogué que par l'entremise de Madame Carlier. Madame Carlier arrive à rédiger le PV de médiation et à tel point que dans le PV de médiation, mon nom comme présent n'est même pas mentionné. Curieux, de plus le syndic qui n'était pas présent comme moi pour cette médiation, son nom est cité !Assurément ils ont fait leur médiation sans moi ou presque.

.

Elle me donne ce PV de médiation, J'arrive à obtenir 2 très petites modification, les autres m'étant refusées. Par exemple, il n'est pas question dans ce PV de médiation de parler de la colère insupportable du GOUROU intouchable. . Ce PV de médiation est , disons, relativement correct, sans plus.Mais toutefois, la dernière phrase en fait un complément de la prose du GOUROU. Je n'accepte pas cette dernière phrase. Je leur demande de s'assumer clairement et d'écrire une phrase qui dirait que ce PV de médiation annule et remplace la prose du GOUROU maitre à bord.. Ceci m'est refusé . . Et pour cause comme me 'écrit la lettre de Madame Carlier (déjà recopiée et publiée ici) , ils avaient déjà signé la prose de leur GOUROU intouchable . (bref : démonstratif !!!) .

Encore une fois, il faut bien s'accrocher .. car le contenu de cette médiation est disons, à 100 % le jour et la nuit comparée à la prose rédigée par le maître Gourou.

Pas très sérieux tout ça, car : Ils acceptaient de signer cette médiation que si moi-même j'acceptai de la signer mais ils m'exigeaient que cette médiation soit un complément de la prose de leur GOUROU (dernière phrase) , ce qui pour moi était impossible, lme maitre m'ayant qualifié de malveillance tandis que c'est lui qui magouillait … Ben voyons !!! Ils pensaient que j'aurai été assez idiot pour l'accepter cette phrase qui en faisait un complément de la prose du maitre … Assurément : Curieux neurones ils ont .

 

Le cocasse de l'histoire , pour cette même réunion de CS du 15 juin 1994, c'est qu'il y a 2 PV's qui sont le jour et la nuit :

  • 1 - il y a la prose écrite par leur Gourou intouchable qu'ils ont signé en secret sans moi. La copie conforme (c'est à dire signée) m'est encore refusée depuis 16 ans. Quel TRAVAIL !!!

  • 2 - Il y a la prose de Mme Carlier (la médiation) que j'ai signé seul en prenant la précaution d'enlever la phrase qui en faisait un complément de la prose du maitre absolu. OUI, Brave, j'ai signé en y ajoutant : signé avec dignité. J'en ai donné copie à Mme Carlier. Et le comble, ce que j'ai signé est plus leur expression à eux que la mienne !! Je vous ai prévenu, il ne faut , surtout pas être dérouté !!!

Mais inlassablement, j'attends copie de ce qu'ils ont signé, c'est à dire : la prose de leur GOUROU . 16 ans que j'attends !!!

 

Ci-dessous, le contenu de ce PV de médiation, la prose du GOUROU (le faux clone de cette médiation ), je la publierai quand j'en aurai obtenu la copie conforme, c'est à dire signée assurément pas demain la veille, car ils savent bien que leur arnaque n'est qu'un tas de mensonges et de crapuleries (et je pèse les termes).. bref, ils sont tellement courageux, qu'ils n'ont même pas pensé venir s'en expliquer avec moi entre 4 yeux . Ceci dit, la justice (M Le Procureur de Créteil) elle-même n'est même pas capable de lui-même d'organiser la moindre confrontation.).

 

====================================

LE PV DE MÉDIATION, pas parfait, mais et assurément le jour et la nuit comparé à la prose de Maître GOUROU.

+ Lire les images ci-dessous en bas de page 

====================================

 

Procès verbal du Conseil syndical du mercredi 15 juin 1994

Résidence Catherine-Delphine

 

Présents

Mmes Brunsard, FOUQUET, MAGNETTE, VIVENT;

MM DAUVILLIERS, VILAIN

Mr OUIRA (COFEGI GESTION)

 

A l'initiative d'un membre du nouveau Conseil (Conseil qui n'a pas encore de président) une réunion du Conseil Syndical avcait été convoquée.

La présence du syndic avait été laissée au choix de celui-ci. L'un des membres du Conseil Syndical avait fait savoir qu'il souhaitait une réunion sans syndic. D'autres membres du Conseil Syndical souhaitaient la présence du syndic à cette réunion, afin qu'une information soit donnée aux nouveaux membres sur les rôles respectifs des divers partenaires.

 

Mr CROCHEMORE avait préparé un dossier de 42 questions, dont il avait fait parvenir la liste à tous les membres du Conseil syndical (sauf un dont il n'avait pas l'adresse) vers le 20 mai. Le syndic n'avait pas reçu la liste des 42 questions.

 

Séance ouverte à 20h30

 

Mr Crochemore remet le dossier de questions au syndic en début de séance. Celui-ci prend rapidement connaissance et demande la parole pour exprimer son point de vue, ce qui est accordé par tous les membres présents.

Le syndic prend alors la parole pour expliquer sa mission. Il commente les services mis à la disposition de la copropriété et plus particulièrement du Conseil Syndical et de son Président. Sa gestion est "organisée en conformité avec la la loi sur la copropriété, dans laquelle il est précisé les rôles respectifs des entités ". Il souligne la "précision de son travail, la quantité d'informations qu'il diffuse, la rigueur des documents tenus". Il déplore ce qu'il décrit comme des critiques systématiques et mal informées. Il souligne que "tous les documents de la copropriété (doubles de correspondance devis, contrats,...) sont détenus sur place par le Conseil Syndical, et qu'ils sont naturellement accessibles à toute demande".

 

En réponse à cette longue intervention , M r CROCHEMORE dit qu'il n'a jamais mis en doute la quantité et la qualitié des informations diverses fournies par le syndic au Conseil Syndical. Son inquiétude principale est l'évolution des charges à la hausse, chose que chacun peut constater avec les éléments qu'il reçoit.

 

Certains membres du Conseil Syndical en conluent qu'il s'agit donc pour le Conseil Syndical de s'organiser afin d'exploiter les données fournies par le syndic, et jouer son rôle d'assistance dans la gestion et de contrôle.

Un long débat s'engage sur les moyens de communication internes entre Conseillers, sur l'accès aux documents et sur les fréquences des réunions et autres relations.

Il est procédé d'abord à la constitution des commissions, visant à répartir les tâches.

SECRÉTARIAT CLASSEMENT : Mme VIVENT

Président du Conseil Syndical : Mr CROCHEMORE

VICE PRESIDENT : Mr VILAIN

COMMISSION AUX COMPTES : Mme FOUQUET et MAGNETTE ainsi que tous les copropriétaires qui souhaitent s'adjoindre et participer, et qui seront les bienvenus.

COMMISSION TECHNIQUE : Mme BRUNSARD et M. VILAIN

COMMISSION AFU : MM DAUVILLIERS et VILAIN

 

Ceci arrêté, Mr CROCHEMORE demande qu'on aborde les questions qu'il a posées, comme venant de lui, et demande que chacun puisse se prononcer sur chaque question.

Un premier débat s'engage entre les Conseillers sur l'utilité de cet examen, compte tenu des explications données par le syndic sur les méthodes en vigueur, et maintenant qu'on a formé des commissions, qui vont chacune appréhender les divers problèmes au fur et à mesure des nécessités.

Comme le syndic et certains membres du Conseil Syndical lui reprochent de s'obstiner dans une attitude critique, Mr CROCHEMORE explique que sa présence ne sert à rien si ses questions ne sont pas débattues, il démissionne de ses fonctions de membre du Conseil Syndical et de président et s'en va. Mr VILAIN devient alors président du conseil syndical. M DAUVILLIERS demande que le syndic continue à répondre aux questions de Mr CROCHEMORE; cependant , sur l'insistance de Mme FOUQUET, qui s'est déplacée pour le rappeler, Mr CROCHEMORE, informé que ces questions seront débattues, accepte de revenir sur sa démission du Conseil et d'y reprendre sa place de président.

De son coté , le syndic confirme qu'il répondra sur chacune des questions, et qu'il enverra ses réponses au président du Conseil Syndical; il donne d'ailleurs oralement les réponses qu'il peut fournir dans l'immédiat, et qu'il transcrit manuellement sur les fiches correspondantes dans la case prévue pour le syndic par Mr CROCHEMORE. Les 42 questions débattues et donnent lieu à des échanges vifs, dans un climat tendu.

 

Aperçu des questions proposées par Mr CROCHEMORE :

Certaines visent à améliorer l'information, à baisser les charges et régler des problèmes ponctuels; d'autres sont plus générales.

Améliorer l'information

- information sur la périodicité et la nature des tâches d'entretien des parties communes de Catherine-Delphine

- fixation des dates de réunion du Conseil syndical. Le syndic affichera ce calendrier de façon permanent dans les halls. Réunions ouvertes à tous les copropriétaires.

- diverses propositionnelles visant à plus de transparence dans les comptes: relevés compteurs d'eau devraient figurer sur charges

- demande d'une meilleure informations de tous les copropriétaires sur les assemblées et les décisions de l'AFU

- assemblée AFU 1994 ; date, ordre du jour à préciser

Diminuer les charges

- diverse propositions (ascenseurs, assurances) pour voir à obtenir le même service à meilleur prix

- question des intérêts bancaires des fonds en attente appartenant à la copropriété : ces fonds appartiennent à chaque copropriétaires et doivent pouvoir être remboursés à ceux qui vendent: il faut clarifier les comptes.

- renégociation de l'indice de l'évolution des honoraires du syndic

- mesures que pourrait suggérer le syndic pour diminuer les charges

problèmes ponctuels

- diverse propositions visant à de petites améliorations soit à Catherine-Delphine soit à l'ensemble de la résidence (carreaux sol constamment descellés; mention "sortie" au lieu de "-1" dans l'ascenseur Delphine)

- paliers Delphine : transparence pour le choix des teintes (affichage des choix des copropriétaires); question de la réception des travaux

- caddies présents dans le local à vélos

Questions plus générales

- travaux éventuel à venir: en règle générale, le syndic devrait contacter au moins 3 entreprises pour au moins 3 devis gratuits

- l'importante question des charges AFU.  Un quitus donné par l'assemblée Catherine-Delphine est-il valable alors qu'on ne connaît pas le détail des charges AFU. Demande d'éclaircissement sur l'aspect juridique et pratique du problème.

- la question du fond de roulement AFU remboursé, ayant servi à combler en partie un "trou de caisse" : demande d'éclaircissements

Question des choix de couleurs pour les paliers.

M CROCHEMORE demandait que les choix de couleurs soient au moins affichés avec les noms dans le hall d'entrée, de telle sorte que chacun puisse reconnaître son choix. Le Conseil Syndical, après avoir entendu les arguments pour et contre, décide par un vote de ne pas diffuser nommément les choix, de façon à ne pas désigner nommément les copropriétaires qui n'ont pas répondu à la lettre les interrogeant sur leur choix.

 

Question des caddies

Mr CROCHEMORE s'inquiète de la présence de caddies empruntées dans le local vélo. Après discussion le Conseil Syndical décide par un vote de ne pas intervenir.

 

 

Fixation des horaires du syndic

Comme l'indique la question posée à ce sujet par Mr CROCHEMORE, le contrat en cours prévoit que la revalorisation se fait sur l'indice BT01, alors que l'indice INSEE de la construction produirait une augmentation moindre des honoraires du syndic.. Le syndic affirme que l'indice BT01 est plus adapté à la réalité des tâches qu'il assume, s'agissant d'immeubles construits depuis longtemps; Mr CROCHEMORE observe au contraire que l'indice INSEE est conseillé par de nombreuses organisations de consommateurs et qu'il est d'ailleurs très souvent utilisé dans les contrats de syndic.

Le syndic fait observer qu'on ne peut pas l'obliger à revenir sur un contrat signé, Mr CROCHEMORE lez reconnaît , mais rappelle qu'un contrat est toujours renégociable, pourvu que les parties l'acceptent.

 

Le syndic demande à Mr CROCHEMORE : "quels objectifs il poursuit"; il ne comprend pas dit-il, "les raisons de ces tentatives répétées de critique affichées régulièrement dans les halls, alors qu'il convient de faire preuve de pragmatisme avant tout, lorsqu'on a la charge d'animer la gestion d'un immeuble". De son coté M. DAUVILLIERS demande "quel but Mr CROCHEMORE recherche".

 

Mr CROCHEMORE démissionne et quitte aussitôt la séance, puis il revient s'asseoir et précise qu'il maintient sa présence en qualité de simple membre du Conseil Syndical.

 

Le syndic propose alors à Mr CROCHEMORE une "collaboration positive" et lui propose un rendez vous l'an prochain, afin de savoir si "après que les dossiers auront été vraiment consultés par lui et traités", ses questions et ses critiques seront toujours pertinentes.

 

M VILAIN est donc président du Conseil Syndical; M DAUVILLIERS se présente comme vice président.

 

Quand à l'achat d'un aspirateur, des documentations ont été fournies par le syndic et sont remise au nouveau président. Celui-ci demande un délai et informera le syndic de son choix.

 

Sur les travaux paliers, il est rappelé qu'ils ne sont pas terminés, et que le syndic sollicitera par voie de circulaire/réponse les copropriétaires pour inventorier les réserves émises et les faire lever après visites contradictoires. Toutes ces précautions seront prises avant de solder l'opération.

 

Enfin, sur les désordres de construction, il est rappelé que toute personne qui ne se manifeste pas pour signaler un sinistre non traité par l'intervention de l'entreprise QUILLERY ne pourra prétendre plus tard à un quelconque recours, ni simple observation.

Pour les autres, M PETIT est en charge de vérifier la nature des réclamations et selon, de résoudre les problèmes allégués avec ladite entreprise.

 

la séance est levée à 0h45 le 16 juin 1994

 

Le présent PV complète le procès verbal rédigé par le syndic

 

====================================

FIN du PV DE MÉDIATION, pas parfait, mais et assurément le jour et la nuit comparé à la prose de Maître GOUROU. (PROSE de Maître GOUROU signée en secret, qui ne sera affichée ici que lorsqu'ils daigneront enfin m'en donner une copie conforme (signée) ou alors lorsque la police et la justice de mon pays feront leur travail et un effort pour que j'obtienne cette copie conforme (signée) (rappel : ma plainte pour l'obtenir en copie conforme (signée) date de 1995 => sans suite  décidé dans le total secret (bof les sans suite secrets, c'est un peu comme la magouille secrète de mon maître GOUROU, on se demande qui tire les ficelles par derrière).... sauf que , il m'a fallu remuer ciel et terre pour le savoir  que sans suite discret il y avait eu et en prime, en prenant la décision de sans suite, ils n'étaient même pas certains que ce soit pénal ou pas ... eh oui !!!!!! Résumé => Ils ont décidé un sans suite, sans même s'interroger ou alors quelqu'un tire les ficelles par derrière, mais qui ? Assurément peu sérieux tout ça !!! Mais quel LABEUR  

Jetez un œil sur la dernière phrase, je cite : " 

"Le présent PV complète le procès verbal rédigé par le syndic" 

et les lâches n'acceptaient de signer ce PV de médiation que si je signai moi-même la même chose qui ne devait qu'être qu'un complément de la prose de leur maître gourou !!!!!

Tellement "courageux" (faut le dire vite) , ces complices, qu'ils n'ont même pas signé seuls (sans moi) ce PV de médiation même avec la phrase qui en faisait un complément de la prose de leur maître GOUROU. Et pourtant ce PV de médiation est plus leurs dires que les miens et est 100% le jour et la nuit avec la prose de maître GOUROU. 

Bref, une débilité parmi toutes les autres  (je vous dis une débilité de plus ou de moins dans cette arnaque , ça ne change rien, strictement rien à tel point que je ne les compte même pas   ).

 

 Tandis que secrètement le Gourou "droit dans ses bottes" (ben voyons !!) tenait leur signature en main et qu'ils les arnaquait en payant ce qu'il n'avait pas à payer (eh oui !!!) !!! 

Soyons direct et ne pas en rire  : Ils , comment dire ? ne mâchons nos mots, soyons direct  (inutile un de plus ou de moins , ça ne changera plus rien étant donné le désastre ) . Ils m'arnaquaient très profondément tandis qu'ils s'auto-arnaquaient eux-mêmes et en prime ils ne pouvaient que savoir que magouille il y avait  (ne pas en rire !!! Merci)  . 

====================================

BOF,en résumé ==>  très troublant ce chantage au document signé en secret qui dure et perdure depuis plus de 16 ans  de la part de personnes qui dixit leur maître GOUROU n'auraient que de "bonnes intentions pour autrui" et "seraient honnêtes" !!!  (il n'y a qu'à le lire, il l'a écrit )  Extrêmement troublant !!!!  Lecteurs, ne soyez surtout pas déroutés, vous ne rêvez pas . MERCI.

Depuis toutes ces années ou ils ne peuvent qu'avoir compris qu'ils se sont sérieusement fait berner, et truander, même qu'ils se sont auto-truandés => Il ne leur est même pas venu l'idée de signer la médiation qui est plus leurs dires que les miens . Mais pour autant , ils persistent. => depuis 16 ans, je n'ai pas encore le droit d'avoir une copie conforme (c'est à dire signée) de ce qu'ils ont signé en secret (secret mal gardé d'ailleurs). Curieux neurones !!!! Arrivent-ils à se regarder dans une glace ?

 

 

Bon, je le confirme encore , question débilités, à me lire vous n'êtes pas encore arrivés au bout de vos peines , d'autres suivront et je préviens , c'est encore pire ou presque en supercheries en tout genre ….. puis ce sera mon délit de fuite du tribunal de l'occulte auto-constitué !!!!

 

n'oubliez pas l'essentiel, ces débilités : c'est moi qui i dû les supporter.

 

PV médiation -1

PV médiation - 2

PV médiation -3

 

Ci-dessous l'image résumée de ma participation à la Médiation, à tel point que dans le PV de médiation, je ne fais pas partie des présents :

120b.jpg


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article