- 49 - ANALYSE d'un CONTRAT de TRAVAIL

Publié le par troublante-republique.over-blog.com

« L'Homme est un être de désir. Le travail ne peut qu'assouvir des besoins. Rares sont les privilégiés qui réussissent à satisfaire les seconds en répondant au premier. Ceux-là ne travaillent jamais. » Henri LABORIT : Éloge de la fuite.

 

 

ANALYSE d'un CONTRAT de TRAVAIL

 

Quand on n'a plus confiance et qu'on a soi-même enduré toutes sortes de supercheries => ça devient naturel et normal de  fouiner. Ceci dit, comme police et justice s'en foutent royalement de ce que j'ai du supporter au tribunal de l'occulte auto-constitué situé 42/44 Rue DANTON 94270 Le KB, il me faut bien fouiner par moi-même et avec mes faibles moyens d'investigation de citoyen d'en bas , assurément et au risque d'en oublier des falsifications et supercheries . Assurément, je n'en doute pas, il me donneront jamais carte blanche pour investiguer, je risquerai de découvrir ce qu'il ne faut pas découvrir !!!

 

Le contrat de travail à décoder est en image ci-dessous.

 

Rappel : A en croire la lettre de démission rédigée par MAÎTRE GOUROU lui-même ou un proche(?), M Christophe GILBERT aurait démissionné pour des raisons dites personnelles.

Date d'effet de la démission : 30 juin 2006.

Date d'effet du nouveau contrat de travail : 1er juillet 2006.

 ==> Troublante démission immédiatement suivie d'une nouvelle embauche par le même patron mais pas, par la même entreprise. Curieux !!!! Et ce serait pour des raisons personnelles de M Christophe Gilbert !!! ben voyons !!!

==> Troublante démission soi-disant remise en main propre le 31 mai 2006 (tandis que M Christophe GILBERT était en vacances)  et  suite à une information d'importance obtenue le 24 mai 2006 par Mr Christophe Gilbert concernant son hospitalisation programmée pour fin juillet 2006. Et le comble c'est que dans les prétendues raisons dites personnelle de M Christophe  GILBERT il y a la perte d'avantages acquis et notamment la perte de la garantie de salaire en cas d'arrêt maladie . TROUBLANT !!!

 

Faisons 2 hypothèses :

- 1 -  soit pour blanchir MAÎTRE GOUROU, on veut prendre M Christophe GILBERT pour un idiot (rappel : moi aussi j'étais l'idiot du KB) et on admet qu'il a démissionné en toute connaissance de cause.... Alors là, il est curieux de constater qu'un patron qui se dit paternaliste n'ai fait aucun effort paternelle pour mettre en garde M Christophe GILBERT qui travaillait déjà depuis 14 ans pour lui (assurément, il n'était pas urgent de changer de contrat, surtout pour mettre son salarié en difficulté ,salarié qui allait se faire opérer fin juillet.. cela aurait au moins pu attendre quelques mois et le retour en bonne forme de M Christophe GILBERT).... ou alors, ça cache autre chose !!! Mais quoi ?

- 2 - soit MAÎTRE GOUROU a tout manipulé tellement ça ne tient pas la route cette histoire de démission pour de prétendues raisons personnelles.

 

Par contre et effectivement M Christophe GILBERT a eu le tort de faire une confiance aveugle à son patron. Mais peut-on raisonnablement lui reprocher ? J'en doute. Puis confronté à la réalité, M Christophe GILBERT a tout compris fin Août 2006. Soyons raisonnable => que peut faire un salarié qui fait confiance à son patron, surtout si celui-ci se dit paternaliste !!! (Ne rêvons pas, le paternalisme  est une méthode de management qui peut plaire à certains, mais qui cache aux salariés, la responsabilité, la vérité et la clarté et au final , le paternalisme, ce n'est bien souvent que l'intérêt du patron)

 

=======================================

RAPPEL sur : comment prendre les autres pour des idiots :

MAÎTRE GOUROU voulait même prendre pour des idiots 2 juges (2 copropriétés arnaquées) en proposant auxc copropriétaires curieusement très naïfs, un procès contre son complice (le syndic AFU).

Qu'aurait-il expliqué aux juges   ? Eh bien probablement et en résumé =>  CECI :

- 1 - MAÎTRE GOUROU, depuis plusieurs années payait ce qu'il n'avait pas à payer et le savait très bien (depuis son arrivée en 1992, semble-t-il, c'est à dire de 1992 à 1999) 

- 2 - MAÎTRE GOUROU pendant toutes ces années, n'avait pas informé les copropriétaires qu'il payait ce qu'il n'avait pas à payer.

- 3 - MAÎTRE GOUROU ne communiquait pas aux copropriétaires 50% des décomptes provenant de l'AFU.

- 4 - MAÎTRE GOUROU n'envisageait aucun  procès contre son complice qui parait-il ne fournissait pas les décomptes AFU.

- 5 - Puis quand MAÎTRE GOUROU s'est rendu compte que son complice payait de nouveau ce qu'il avait à payer , tandis que lui  MAÎTRE GOUROU continuait allègrement de payer ce qu'il n'avait pas à payer ... Alors là,  le seul et unique coupable dans ses curieux neurones ne pouvait qu'être son complice (le syndic AFU).

===> Je n'ose imaginer la tête de 2 juges sérieux et aux neurones normalement ficelés !!! Mais, ils doivent en avoir l'habitude !!

=======================================

 

Tentez de vous mettre à la place d'un salarié, qui ne demande qu'a travailler pour vivre et qui malgré tout tente de faire confiance à son patron dont y dépend !!! On lui propose dans la foulée, un nouveau contrat, donc il fait confiance et le signe . C'est humain et compréhensible. Faudrait-il être naïf pour croire que M Christophe GILBERT aurait démissionné de son plein gré tout en se faisant re-embaucher dans la foulée pour perdre des avantages acquis ? Ne serait-ce pas prendre M Christophe GILBERT pour un idiot que de tenter de lui faire avaler cela ? D'autant plus qu'il savait (son patron aussi savait) qu'il serait arrêté pour maladie pendant plusieurs mois et que la garantie de salaire avait une importance pour lui.

+ accepter de perdre son 13 ème mois pour des raisons dites personnelles !!! Ben voyons!! les raisons personnelles sont belles et bien ailleurs que celles prétendues !!! 

M Christophe GILBERT fait alors confiance, il signe le nouveau contrat .

 

M Christophe GILBERT est donc embauché au NIVEAU IV et son travail dépend d'une nouvelle convention collective (la convention collective 3602 des jardiniers et jardiniers gardiens)D'ailleurs, préméditation n'y avait-il pas ? Car justement sur les bulletins de paie précédents, M Christophe GILBERT est curieusement dégradé et passe du niveau VI au niveau IV (serait-ce une simple inversion de lettres ? Ben voyons !!! Un naïf y croirait, pas moi !!!). Apparemment le niveau VI n'existe pas dans la convention collective 3602 des jardiniers et jardiniers gardiens. Ceci dit, le changement discret de niveau chez COFEGI GESTION , expliquerait-il cela ? La préméditation ? On peut se poser la question.... de toute façon des questions, je m'en pose des milliers sur ce que j'ai enduré au tribunal de l'occulte auto-constitué tandis que justice et police s'en fichaient royalement , alors une question de plus ou une de moins, ça ne change rien !!!

 

Ici :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichIDCC.do;jsessionid=00ED939EEF5D2FEEDD64F6540E7A3AC8.tpdjo15v_1?idSectionTA=KALISCTA000005705381&cidTexte=KALITEXT000005660545&idConvention=KALICONT000005635718

 

On peut comprendre que le niveau VI n'existerait pas dans cette convention.

La classification du niveau IV est, je cite :

«NIVEAU : IV DÉSIGNATION

Le jardinier qualifié organise les travaux de l'ensemble de la propriété auxquels il participe. Il est responsable du matériel. Il agit avec une large autonomie, selon les directives générales de l'employeur ou de son représentant.»

NIVEAU IV (ex-170, ex-180) Salaire horaire en Euros : 8,18


Donc, M Christophe GILBERT signe ce nouveau contrat, d'autant plus qu'il est écrit dans ce nouveau contrat, je cite : 

«- particularité : il s'agit de la continuité des conditions du précédent contrat de Mr Christophe GILBERT, avec reprise des avantages acquis (ancienneté et indemnité compensatoire de différence de salaire).»

 

 

 

Tentons d'analyser une embrouille parmi d'autres :

 

 

  • "Continuité des conditions du précédent contrat de Mr Christophe GILBERT, avec reprise des avantages acquis" => Donc, et en clair : les mêmes conditions que pour le contrat précédent signé avec COFEGI GESTION, par exemple :

     

      •   
        • -> Garantie de salaire en cas d'arrêt maladie (arrêt maladie = ce qui de plus était planifié avant la prétendue démission pour de curieuses raisons personnelles et la nouvelle embauche).

     

     

      •   
        • -> 13 ème mois de salaire.

     

  • - Etc ….

 

  • remarque : il n'y pas d'exclusions de précisées dans le terme «reprise des conditions du précédent contrat », donc toutes les conditions du précédent contrat, sont (à mon avis) à considérer.
  • remarque : il y a en plus du terme «reprise des conditions du précédent contrat », 2 précisions de garanties apportées entre parenthèses qui sont l'ancienneté et la garantie de salaire.

 

  • entre parenthèses, on trouve une précision nécessaire, c'est à dire : (ancienneté et indemnité compensatoire de différence de salaire) => Effectivement, cette précision était nécessaire de venir en complément d'information car :

      - L'ancienneté repartait à 0 (nouveau contrat et nouvelle convention collective), donc volonté de maintenir cet avantage acquis qui par un étrange jeu de «pirouette» est devenu par la suite «maintien du salaire» en octobre 2006) au lieu de «report avantage acquis»).

      Ceci dit, après cet arrêt de travail (programmé bien avant) si MAÎTRE GOUROU prend la décision de modifier report avantage acquis par maintien de salaire, assurément : anguille sous roche il doit y avoir car contraire à ce qui est mentionné dans le contrat de travail.(reprise des avantages acquis).

       - Pour l'indemnité compensatoire, c'est une astuce pour que le salaire reste au final le même, car baisse de salaire de référence il devait y avoir. (ça c'est la compensation dite gardiennage non logé).

 

Autre remarque : Je trouve que c'est un peu vaseux la définition du gardiennage, c'est parait-il compensatoire et c'est justifié en tâches de gardiennage diurne  . Bon, là, quelque chose m'échappe !! pourquoi ne pas rémunérer carrément ces tâches de gardiennage diurne effectuées et les indexer  normalement comme tout salaire ? Tout salaire n'est-il pas d'ailleurs compensé par des tâches ?  Car et en plus il s'agit de tâches qui ne sont pas indexées ...Troublant !!!  Manœuvre ??? !!! Astuce ???!!! Compensatoire apparemment en garantie de salaire, mais il faut effectuer des tâches qui bien sur sont elles aussi compensatoires du report avantage acquis  !!! Curieux !! Curieuse compensation de salaire !!!!

 

je cite : "GARDIENNAGE : Concerne une indemnité compensatoire de différence de salaire avec celui précédent, non indexée, qui sera justifiée en tâche de gardiennage diurne effectuées en même temps que celles matérielles prévues ai NIVEAU IV."

=========================

 

 

 

 

 

 


Autre remarque : Sur le brouillon manuscrit et rédigé par MAÎTRE GOUROU (affiché en bas de page), on peut lire , je cite :

"Reprendre les CC des employés de maison, d'immeuble " (traduction => CC= Convention collectives).

==> La convention collective employé de maison N° 3180 (et celles d'immeuble) ne sont pas la convention retenue qui est la Convention collective Jardiniers et jardiniers-gardiens de propriétés privées N° 3602


 ==> Donc, MAÎTRE GOUROU s'est de lui-même posé la question sur la nouvelle convention, puisque c'est lui qui a rédigé ce brouillon. En a-t-il donné le choix final à M Christophe GILBERT ? Surtout => En a-t-il expliqué les différences à M Christophe GILBERT ?  En a-t-il expliqué les conséquences à M Christophe GILBERT ? Pourquoi s'être posé la question et avoir retenu ce qui est apparemment le moins intéressant pour M Christophe GILBERT ? Pas de 13 ème mois de salaire dans cette convention ?  Pas de garantie de salaire en cas d'arrêt maladie dans cette nouvelle convention ? Bref , M GILBERT  était-il sérieusement informé en toute sincérité des conséquences ? Pour ma part, connaissant les pirouettes et entourloupes de MAÎTRE GOUROU => j'en doute !! 

Le choix de la convention collective des jardiniers (N°3602) est apparemment "tombé comme un cheveu sur la soupe". Même le brouillon rédigé par MAÎTRE GOUROU et qui date de fin juin 2006 n'y faisait pas référence . TROUBLANT !! Tout est troublant avec MAÎTRE GOUROU paternaliste (ça c'est lui qui l'écrit qu'il est paternaliste = démonstratif des dégâts qu'il a provoqué son paternalisme , un autre age au 21 ème siècle, le moyen âge au 21 ème siècle = décider pour les autres ..etc ...et je ne suis certainement pas encore au bout de mes surprises.

=========================


Tentative de raisonnement par l'absurde

 

Puisque MAÎTRE GOUROU décide de lui-même de transformer sur les bulletins de paie, 2 «reports d'avantage acquis» en «maintien du salaire» => il n'en reste pas moins que le contrat de travail signé par les 2 parties restait valable. je cite : «continuité des conditions du précédent contrat de Mr Christophe GILBERT, avec reprise des avantages acquis» , c'est donc que les autres avantages acquis chez COFEGI GESTION et qui peuvent être tout autres que les simples maintien du salaire mentionnés sur les bulletins de paie , sont bel et bien à prendre en considération, puisque MAÎTRE GOUROU s'est "rendu compte" de lui-même , que les 2 autres reports n'étaient plus des avantages acquis mais un simple maintien du salaire.

Le changement de l'expression report avantage acquis par maintien du salaire est une raison personnelle, mais assurément pas celle de M Christophe GILBERT. Pour quelle raison ? Besoin d'un parapluie ? pourquoi ?

 

contrat travail 1er juillet 2006

 

1ère feuille paie Villetard

 

1ère feuille paie (bis) Villetard

 

LETTRE DE DEMISSION FAITE PAR OUIRA BROUILLON

 

 

Commenter cet article