20 - Le SUBLIMINAL qu'il faut être apte à décoder

Publié le par troublante-republique.over-blog.com

 

 

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire" Jean JAURES 

"La Lâcheté, c'est de se taire et de subir en sachant " Michel Crochemore

 

Le Subliminal qu'il faut être apte à décoder .

(assurément, on peut le dire en un mot : La TOTALE!) !!!!

 

  Je vous rappelle, et je vous ai prévenu, ne restez surout pas troublés .J'ai été , comment le dire simplement  ? ... "très sérieusement => servi sur un plateau en débilités et incohérences de toutes sorte  " (peu sérieusment il faudrait écrire d'ailleurs) ... et je vous le sers tel que ce que j'ai vécu !!! Assurément, ça m'a profondémment troublé !!!

 

Bien sur, je fais mienne la phrase de Jean Jaurès et j'y ajoute ce qui est sombre => ma version vécue de la lâcheté , c'est à dire : "La lâcheté, c'est de se taire et de subir en sachant ".(je n'ai même pas rechecché sur le WEB si quelqu'un avait pondu la même chose, mais peu importe., là, n'est pas le problème )

 

Bon, prenons donc, notre courage à 2 mains et continuons !!! Lourde tâche, très lourde tâche => soyez en assurés.

 

  • courage pour moi, d'écrire tant et tant de débilités et d'incohérences (mais ce n'est que le vécu)

  • courage pour les lecteurs de lire tant et tant de débilités et incohérences restées carrément impunies dans cette très troublante République qui m'échappe totalement.

 

Tout d'abord, dans un article précédent, je suggérai que je pourrai attaquer une banque et si je suis pris argumenter que je l'ai fais car d'autres le font et peut-être que l'argument fonctionnerait ? Qui sait ?

Bien sur, aucune banque n'a été attaquée depuis, je vous rassure. (ceci c'était pour expliquer l'argument de taille pour refuser l'achat des caddies de supermarché de la résidence Catherine/ Delphine .. écrit dans le PV .. argument en résumé : pourquoi achèterions nous nos caddies de supermarché puisque d'autres dans ce même ensemble, les Damoiselles se permettent d'utiliser de de stoker des caddies de supermarché ? (curieusement , le nom damoiselles, ça ne s'invente pas d'ailleurs, j'y reviendrai .. un jour …).

Dans le même ordre d'idées, dans la nouvelle résidence ou je suis, je n'ai pas encore osé aller prendre des caddies de supermarché chez Monoprix ou DIA (ex-ED). Si je tentais l'expérience, peut-être que là, aussi , ça fonctionnerai ? Qui sait ? Bon, restons sérieux !!!! Assurément, difficile parfois quand on est confronté à des coriaces que rien ne trouble !!!

 

 

Revenons à nos moutons blancs  bien que, dixit Maître GOUROU,  je ne suis que le mouton noir parmi le troupeau.

 

Donc en 1998 . Nous ne recevions toujours pas 50% de nos décomptes et l'idiot du village, le pestiféré, le bouc émissaire tout désigné par Maître GOUROU … etc …. Je vous laisse deviner qui c'était ? Bof, la réponse doit être facile à trouver. Assurément..

 

 

Fin 1998 . Le Maître GOUROU intouchable pouvant se permettre tout et n'importe quoi en toute impunité , a subitement une lucidité car envoie une circulaire à tous les copropriétaires.. Cette lettre circulaire, curieusement se plaint pour la Nième fois de ne pas recevoir les décomptes de l'AFU . Assurément il était temps de se régulariser la chose par lettre !!! En tout cas, là, aussi il ne fallait pas être Naïf. La suite l'expliquera.

 

Donc et en catastrophe, dans la foulée (janvier 1999), Maitre GOUROU convoque le conseil syndical (Résidence CATHERINE / DELPHINE), pour la copropriété Parkings => Nous n'en avons rien su, donc rien à décoder .

 

Pourquoi , puisqu'urgence il y avait pour 2 copropriétés en voie de comprendre qu'elles s'étaient auto-arnaquées(eh oui) . Oui, pourquoi Maître GOUROU n'aurait-il convoqué que le conseil syndical de la copropriété CATHERINE/DELPHINE et non convoqué le conseil syndical de la copropriété Parking ? Curieux !! Bref, tout est curieux dans cette arnaque lamentable et cela en est même ultra criblé de curiosités tellement c'est débile et incohérent !! Au passage, il y a une certaine cohérence (faut le dire vite) dans toutes ces curiosités troublantes , tout simplement => car tout dès le départ, tout n'a été que « pipé d'avance» par les mensonges. .

Et en prime, ils en prenaient un plaisir pervers (voir mot curieux de Mme Magnette) à s'auto-protéger derrière un curieux humour. Assurément, NEUNEU ils auraient aimé que je sois, ça je n'en ai jamais douté depuis 1994 !!! A tel point que lorsque, plusieurs années après, j'ai reçu lettre d'un CMP à qui je n'avais rien demandé => Je ne l'ai pas ouverte. (CMP = Centre Médico-psychologique).

 

 

 

 

Donc, dans la foulée le conseil syndical de la copropriété Catherine/ Delphine est convoqué par Maître GOUROU (normal: Urgence il y avait) pour une réunion (il faudra attendre le PV pour le savoir, mas là, ce n'est après tout que normal).

 

Curiosité parmi d'autres :

 

  • Le Maître GOUROU ne daigne pas se déplacer dans la résidence ou il y a des locaux pour cela et habituellement utilisés pour ces réunions de conseil syndical . Il convoque d'urgence et apparemment pour la 1ère fois les membres du Conseil Syndical chez lui, dans ses bureaux. Assurément, cela oblige plusieurs personnes à se déplacer au lieu d'un seul (lui). Qui sait ? => Ue dire, si ce n'est que cela doit être : très  probablement  la "souplesse" et la "délicatesse" de Maître GOUROU intouchable pouvant se permettre tout et n'importe quoi en toute impunité ... (délcatesse = voir le ramdam d'un de ses fidèles adpetes en AG Véronique.)

 

Autre curiosités dans le Procès verbal de conseil syndical de début 1999.

 

Prenez votre décodeur. Merci.  (puis lire en bas de page : un extrait de ce PV de conseil syndical).

 

Que lisons nous ?

 

- 1 -, je cite : ..." COFEGI vérifiera que la demande est conforme aux statuts et fera le nécessaire auprès de PETITJEAN..." Curieux, les membres du CS , subitement méfiants, mettent en garde Maître GOUROU et lui impose de se mettre en conformité avec les statuts AFU pour ce qui concerne le chauffage.  EH OUI et par contre, ce PV n'évoque nullement le POT aux roses qui tombera "comme un cheveu sur la soupe" le jour de la convocation pour l'assemblée . (j'y reviendrai , mais sachez que  le POT aux roses = le Maître GOUROU payait ce qu'il n'avait pas à payer et donc ce qui était à payer par le syndic AFU) . 

 

- 2 - je cite : ...."Le CS , à l’unanimité de ses membres présents , n’a pas jugé utile de chercher une alternative à COFEGI. Hormis un ou deux griefs isolés, aucune demande n’est parvenu au C/S pour un changement de syndic."

Encore curieux => Ils se seraient posé la question de remplacer Maître GOUROU, par contre il n'y aurait que 2 ou trois griefs contre lui. Mais lesquels ? Je vous laisse deviner  !!

 

- 3 - je cite : ..."Il est rappelé que tout point à figurer à l’ordre du jour doit parvenir à COFEGI avant la date limite du 26/04/99." Encore curieux et IMPERATIF, je cite :"doit parvenir" . Soyons clairs et décodons => On  culpabiilise d'avance le copropriétaire qui oserait faire une demande d'additif après le 26 avril 1999, c'est à dire et en clair, après réception de la convocation pour l'assemblée ( ne pas être naïf le visé par cette obligation imposée contraire aux règles de l'époque , c'était : le mouton noir ").. Continuons à ne pas être naïfs => Bien évidemment, le processus de complcité entre eux prévoyait que le pot aux roses ne soit connu par les coprorpiétaires qu'après le 26 avril 1999, donc il leur fallait BLINDER la chose par encore et encore une intimidation de plus  .  C'est là, qu'ils appliquent à leur conveances la loi SRU avant même qu'elle  soit votée (nous sommes en 1999) .  Assurément, très fort les lascards (?) , car en arriver à appliquer une loi avant qu'elle ne soit votée, assurément, il faut être très éclairé, ce que je ne suis pas  !!! Bref, soyons encore clairs => les règles et les lois , ils les appliquaient à leur convenance et c'est bien pour cela qu'ils ont appliqué avec fermeté (je cite : doit parvenir) la loi SRU avant qu'elle ne soit votée......

 

 

SOYONS SERIEUX et tentons de le rester et surtout ne soyons pas NaÏFS => Ce jour là, chez Maître GOUROU , les membres du conseil syndical ont été informés que doubles assurance il y avait (paiement de la même prestation d'assurance  2 syndics ). Mais les copropriétaies devaient attendre pour le savoir et surtout ne pas faire de demande d'additifs.

 

Ne soyez pas naïfs amis lecteurs, mais ce jour là début 1999, ils ont eu connaissance du pot aux roses et ils ont appliqué le principe suivant : "La Lâcheté, c'est de se taire et de subir en sachant " Michel Crochemore

 

 

 

  BOn, je pourrai poursuive  tellement, c'est un un mot : LAMENTABLE !!!  (d'autant plus LAMENTABLE avec tout ce qui précède et déja expliqué , mais quelle galère !!!) . Mais a quoi bon poursuivre sur ce point  !! Et le plus triste dans cette magouille , c'est que je ne suis nullement un surdoué, je suis je vous rassure un citoyen, un hiomme très ordinaire  . Mais je me pose la question simple : "Dans cet ICEBERG de débilités, d'incohérences , Qu'ai-je vu, qu'ai-je décelé ? Ma réponse : Je n'ai décelé que la partié émmergée de l'ICEBERG et ce serait à une police et une justice sérieuse de déceler la partie immergée. Bref, soyons directs => dans une république sérieuse, ce serait à la police et la justice de faire sérieusment leur travail . Eh oui, si cette police et justice daignaient enfin ,se décarcasser sérieusement, je pourrai les aider et j'ose même me permettre d'ajouter :

 

=>  Si on me donnait les pouvoirs et CARTE BLANCHE je pourrai même être apte, à trouver toutes, je dis bien toutes les complicités.

 

 

 

 

Extraits du PV de CS de début 1999 + l'image à lire en fin de page  :

 

COFEGI vérifiera que la demande est conforme aux statuts et fera le nécessaire auprès de PETITJEAN

Rappel ; lors de l’assemblée de 1996, une résolution avait été prise (N°15) pour mandater le syndic COFEGI pour toute action de chauffage auprès de l’AFU

Renouvellement du syndic

--------------------------------

Le CS , à l’unanimité de ses membres présents , n’a pas jugé utile de chercher une alternative à COFEGI. Hormis un ou deux griefs isolés, aucune demande n’est parvenu au C/S pour un changement de syndic.

Ordre du jour de l’assemblée générale

---------------------------------------------

Il est rappelé que tout point à figurer à l’ordre du jour doit parvenir à COFEGI avant la date limite du 26/04/99. Ceci afin d’éviter des doubles convocations et des frais supplémentaires.

Le C/S souhaite que soit à l’ordre du jour le problème des antennes collectives.

 

Signé par :

Mme VIVENT D LEDARD J CARLIER J NABIL

 

 

 

========= Ci-dessous : La circulaire de Maître GOUROU (fin 1998 = le pot aux roses approche )=== Voir l'image en bas de page =======

(à la lecture de cette lettre , on se demande d'ailleurs comment les comptes de 1995 et 1996 auraient été bouclés , puisque dixit le PV de l'AG 1999 et concernant ces comptes 1995,1996 => il y a double assurance . (j'y reviendrai, concernant le pot aux roses) (mais ne pas croire, c'est antérieur à 1995, avant 1995, ça baignait dans l'huile (faut le dire vite !!) car accord secret il y avait, mais grain de sable il y a eu et ils se sont auto-mélangés les pinceaux dans leur magouille ) . Bref, cette circulaire de Maître GOUROU est encore et probablement un très curieux Tour de prestidigitation de Maître GOUROU.

Concernant le manque de rigueur systématique qu'il évoque dans cette lettre, assurément : il continue de ne pas se regarder dans son MIROIR. Bon , ce doit être « normal » , car Maître GOUROU il est !!! Le tout tandis que moi, je ne suis qu'un citoyen d'en bas , aux neurones qui seraient sous-développés et qui devraient (mes neurones) aller consulter un CMP !!! Ben voyons !! Dans quel pays sommes nous ?!====================

 

 

 

 

COFEGI GESTION 4 Avenue Jean Jaurès

Syndic de COPROPRIETES depuis 1975 94220 CHARENTON

Tel : 01.43.53.62.88

Réception sur rendez vous

 

Charenton le : 30 décembre 1998

 

67/A/CHO/MC/CN

CATHERINE DELPHINE

LE KREMLIN BICETRE

 

Comptabilité

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Les comptes de l’AFUL des DAMOISELLES clôturant l’exercice principal 1997 ne sont pas encore définitivement connus ; ceci nous empêche donc d’arrêter sur les dépenses exactes votre votre propre exercice de Copropriété à cette même date du 31/12/97.

 

Atteignant 1999, avec les obligations des appels provisionnels pour chaque trimestre, il n’était plus possible techniquement d’attendre, cela aurait faussé les cumuls à cause des dates.

 

C’est inadmissible d’être ainsi contraints à dépendre d’un tel manque de rigueur systématique.

 

Conscient que nous ne pouvions mettre votre Copropriété en cessation de paiement, votre Conseil Syndical nous a autorisé à clôturer 1997 sur les seuls appels provisionnels connus du Cabinet PETITJEAN.

 

Ce sont donc les comptes qui vous sont joints aujourd’hui. De plus, nous avons rajouté l’appel du 1er trimestre 99 pour être en phrase avec nos cadences.

 

Nous espérons que les régularisations interviendrons bientôt. Elles seront alors passées dans l’exercice 1998 et vous en serez informés.

 

Enfin, nous profitons de la présente pour vous souhaitez nos meilleurs vœux.

 

Veuillez croire, Madame, Mademoiselle, Monsieur, en nos sentiments dévoués.

 

 

 

Ci-dessous l'image de ce qui est Subliminal. Désolé, mais comme il faut se "tordre le cou" (décoder) pour le comprendre ==>  Je l'ai mis à l'horizontale (euh!! pardon verticale ).. et puis ..ZUT, c'est du subliminal, il vous faut décoder ..  Un peu de pervsité dans ce monde de pervers impunis, croyez moi => ça me fait parfois du bien !!! Mais quelle GALERE !!! QUEL TRAVAIL !!!!

  1999 1ou 2 griefs !!!

 

 

 

 

 

  Ci-dessous l'image d'une lettre de MAÎTRE GOUROU qui commence à s'inquiéter (nous sommes fin 1998 et ma réserve qui a failli aller à la trappe  date de 1994). Entre temps et pour les 2 copropriétés concernées, auxcun procès contre le syndic AFU n'a été envisagé ... Pourquoi a-t-il choisi le 30 décembre 1998, tandis qu'il aurait pu s'inquiéter de nombreuses années avant ? Pour nous souhaiter ses voeux à sa façon ? 

 

x années après toujours pas de décomptes AFU, le tout sa


 

                                                                                                

 

Commenter cet article